Olfa Soukri Cherif, réélue à Washington au Conseil d’administration du réseau parlementaire mondial

  • 100% Tounsi
  • Rédigé par Sarra
  • Publié le: mercredi, 10 avril 2019
  • 0
  • 43 Vues 0 J'aime 0 J'aime pas


Taoufik Habaieb, Envoyé spécial de Leaders à Washington DC- Et de trois pour la députée Olfa Soukri Cherif ! Vice-présidente du réseau parlementaire mondial sur la banque mondiale et le FMI, elle a été réélue lundi à Washington, pour un troisième mandat successif, membre du conseil d’administration. Cette élection intervient à la faveur de la conférence parlementaire globale qui se tient dans la capitale fédérale américaine du 6 au 9 avril 2019, en marge des Réunions du Printemps.

Fondée en l’an 2000, cette ONG totalement indépendante réunit plus de 150 parlementaires d’une centaine de pays, des dirigeants de la société civile et des organisations partenaires, ainsi que de hauts responsables de plusieurs institutions financières internationales telles que la Banque mondiale, le FMI et d’autres banques de développement régionales.

La conférence globale 2019 a été ouverte par Christine Lagarde, Directrice générale du FMI et Kristalina Georgieva, Présidente par intérim, Groupe de la Banque mondiale. Olfa Soukri Cherif en a modéré la première session consacrée aux politiques qui œuvrent pour la prochaine génération et la nécessité d’investir dans le capital humain. Parmi les panélistes figurent notamment Annette Dixon, Vice-présidente pour le Développement humain, Groupe de la Banque mondiale, Gita Gopinath, Directrice du département de la recherche au FMI et nouvelle étoile montante, Gargee Gosh, Directrice des politiques publiques du développement et des finances, Gates Foundation et Vjosa Osmani, Députée du Kosovo.

Mesurer l’efficacité des politiques

« Nous entendons favoriser la redevabilité des élus à l’égard des citoyens dans chaque pays, la transparence et l’investissement dans le capital humain, déclare à Leaders, Olfa Soukri Cherif. L’une de nos priorités est de mesurer l’efficacité des politiques par l’évaluation de l’impact effectif de leurs politiques et action sur le quotidien des citoyens et leur bien être. » Confirmant tout l’intérêt porté à la jeunesse, elle est parvenue à avec à créer un réseau des jeunes parlementaires (moins de 45 ans) qui commence à fonctionner.

Au siège du FMI, comme à celui de la Banque mondiale, à Washington, Olfa Soukri Cherif est complètement dans son élément, bénéficiant de l’appréciation de ses pairs et des hauts dirigeants des institutions financières. Enseignante à Paris 1 Sorbonne, puis à l’Institut supérieur des Sciences humaines à Tunis, titulaire d’un exécutive MBA obtenu à Harvard, longtemps consultante auprès de l’OCDE à Paris, cette économiste et gestionnaire (FSEG Tunis), s’était engagée en politique en 2011. Elle sera élue à l’ARP, en 2014, sur la liste de Nidaa dans la circonscription de Ben Arous. Le désenchantement la conduira à reprendre sa liberté, quittant le groupe parlementaire Nidaa au Bardo, pour garder son indépendance.

De nouveau au Bardo?

Compte-t-elle rempiler pour un deuxième mandat en octobre prochain et sous quelle bannière ? Olfa Soukri Cherif y pense sans doute, même si pour le moment elle est pleinement engagée dans sa mission au sein du réseau parlementaire mondial. Il faut voir comment elle fait avancer cette ONG, forte du soutien et de l’amitié des membres qui font bloc autour d’elle, pour réaliser sa dimension internationale fondée sur la pertinence de ses idées innovantes et sa capacité à réunir le consensus autour de questions souvent très sensibles.

Vous avez aimé cette publication? Alors partagez-la avec vos amis en cliquant sur l'un des boutons ci-dessous :

Share on FacebookShare on TwitterShare on Google
Tu pourrais aussi aimer